Retrouve la santé et Perds du Poids grâce à un changement d’alimentation !

etre en surpoids ce mesurer

Comment savoir si on est en surpoid ?

Calculez votre IMC, première étape obligatoire

Définition de l’IMC

L’Indice de Masse Corporelle, ou IMC (Indice de Masse Corporelle en anglais), permet de déterminer le degré d’obésité d’une personne. Cet IMC est calculé à partir de la taille (en mètres) et du poids (en kilogrammes).

C’est seulement pour les adultes entre 18 et 65 ans. L’IMC est le rapport entre le poids (kg) et la taille (mètres) au carré.

Par exemple, une personne mesurant 1,70 m et pesant 60 kg aurait un IMC de 60/1,70×1,70 = 20,76 kg/m2.

Pour un adulte, l’IMC normal doit être compris entre 18,5 et 24,9. En dessous d’un IMC de 18,5, on parle mince. Au-dessus de 24,9, on parle de surpoids. Quant à l’obésité, le seuil est fixé à 30, avec trois stades : obésité modérée, sévère et très sévère (aussi appelée obésité massive ou morbide).

Origine de l’IMC

Les origines de l’IMC remontent au statisticien belge Adolphe Quetelet. Son objectif était de définir la relation proportionnelle entre le poids et la taille. Adolphe Quetelet a découvert que le poids n’est pas proportionnel à la taille, mais proportionnel au carré de la taille.

C’est là qu’il a dérivé la formule de calcul de l’IMC, qui est le rapport du poids à la taille au carré. Son intention initiale n’était pas de fournir des informations sur l’obésité chez l’homme.

L’IMC n’a été largement utilisé par les médecins qu’après que la communauté médicale a pris conscience des risques associés à l’obésité.

Calculez votre indice de masse corporelle

L’IMC est calculé en divisant le poids (kg) par le carré de la taille (mètres), et la formule se résume comme suit :

poids (kg)/taille² (m).

L’indice de masse corporelle indique de manière fiable le statut d’obésité chez les deux sexes. Il s’agit d’une formule approuvée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Utilisant une plage de 18,5 à 25, l’IMC fournit des informations sur le poids. C’est pratique pour les hommes comme pour les femmes, mais c’est différent pour les sportifs.

à lire aussi : Régime paléo : Comment bien débuter la diète paléolithique ?

etre en surpoids ce mesurer

L’IMC expliqué

IMC trop bas

Si en calculant votre IMC, vous avez un nombre inférieur à 18,5, cela signifie que vous êtes mince, médicalement parlant. Un IMC de 18,5 représente la limite inférieure du poids idéal, donc tout ce qui est en dessous est un signe d’insuffisance pondérale. Une perte de poids a été observée par rapport à la taille de l’individu. Le gain de poids est là pour une raison.
Néanmoins, il ne faut pas se fier uniquement à ces indices, l’avis et l’avis d’un médecin sont plus crédibles, car la perte de poids peut être due à une éventuelle maladie physique ou mentale.

IMC normal

Un indice de masse corporelle normal se situe dans la plage spécifiée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui se situe entre 18,5 et 25. Cela montre que votre poids est idéal par rapport à votre morphologie. Si vous êtes dans cette gamme, ne vous inquiétez pas !

Vous êtes loin de devoir perdre du poids, et vous êtes loin d’être gros. Ce serait parfait si vous continuiez à équilibrer vos repas en évitant trop de gras, trop de sel et trop de sucre.

Mangez des fruits et légumes et des aliments riches en fibres. Faites de l’exercice régulièrement pour brûler des calories et garder votre esprit et votre corps en bonne santé.

IMC trop élevé

Lorsque la valeur obtenue dépasse la limite supérieure de la fourchette précisée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), on dit que l’IMC est élevé, c’est-à-dire supérieur à 25, dans ce cas, l’IMC signifie que vous êtes trop lourd, en d’autres cas, vous avez un certain degré d’obésité.

Nous vous recommandons de suivre les conseils de votre médecin ou de votre diététicien pour perdre du poids. Il est nécessaire de manger de manière saine contrôlée par un nutritionniste.

En plus du régime alimentaire, vous devez faire de l’exercice régulièrement et boire beaucoup d’eau pour empêcher votre corps de se déshydrater.

Limite de calcul de l’IMC

La formule de calcul de l’indice de masse corporelle est normalisée pour les sujets masculins et féminins et s’applique donc aux deux sexes. Mais il y a des facteurs particuliers en jeu : nous parlons de l’âge !

L’IMC est pour les 20 à 65 ans. Par conséquent, les enfants et les personnes âgées ne sont pas concernés par ce calcul. Les femmes enceintes ou allaitantes ont également été retirées de la liste. Voici les limites pour le calcul de l’IMC :

Les personnes agées :

Suivez tous les signes causés par la vieillesse, à savoir la perte de masse grasse et la perte de masse musculaire. Ainsi que l’encombrement des vertèbres dû à l’activité humaine jusqu’à la vieillesse, entraînant une réduction de la taille de plusieurs centimètres, en particulier chez les femmes, causée par la grossesse.

L’IMC n’est plus valable ni applicable aux personnes de plus de 65 ans car il ne fournit pas d’informations fiables compte tenu du vieillissement. Par conséquent, il est préférable que les personnes âgées reçoivent des conseils médicaux pour la gestion du poids.

Les enfants

Les enfants tels que les personnes âgées sont également supprimés de la liste de calcul de l’IMC. Chez les enfants, l’IMC n’est pas utilisé car les moins de 20 ans grandissent vite.

La croissance chez les enfants s’exprime par un gain de poids proportionnel à la longueur des os.

Autrement dit, le poids augmente avec la taille. Compte tenu des facteurs liés à la croissance, l’IMC a perdu sa validité et n’est plus utilisé par les médecins, et il existe un indice complètement différent pour cette tranche d’âge.

Afin de contrôler le poids de votre enfant, il est conseillé de consulter un pédiatre.

Les femmes enceintes et allaitantes

Les femmes enceintes, comme les personnes âgées et les enfants, ne sont pas affectées par les calculs de l’IMC. En effet, les femmes enceintes prennent beaucoup de poids, pesant en moyenne jusqu’à 12 kg.

Le corps d’une femme enceinte grandit au fur et à mesure que le fœtus se développe, d’où le terme « grossesse ».

Un autre phénomène pouvant entraîner une prise de poids chez la femme enceinte est l’œdème, qui peut provoquer un gonflement des jambes, des chevilles, des pieds et même des mains, du visage et parfois du ventre de la femme enceinte.

La masse musculaire

Une autre catégorie supprimée de la liste de calcul de l’IMC est celle des athlètes. Les sportifs s’entendent comme des sportifs de haut niveau qui pratiquent leurs entraînements en permanence, sans s’arrêter.

Chez les sujets faisant de l’exercice, l’IMC perd sa validité car il s’intéresse au poids corporel global sans tenir compte de la masse musculaire.

La masse musculaire est une caractéristique importante des athlètes. Comparativement aux non-athlètes, les personnes qui sont musclées pendant l’exercice pèseront plus en raison de leur masse musculaire.

Si on appliquait l’IMC à un athlète, on le trouverait obèse, mais ce n’est pas le cas !

etre en surpoids ce mesurer

A lire aussi : 10 Aliments qui empêchent de maigrir durablement au quotidien !

 

Quel est l’indice de masse corporelle idéal pour un homme ?

L’IMC des hommes est basé sur la même formule que celle utilisée pour calculer l’IMC des femmes, à savoir IMC = poids (kg) / taille (m²).

Cependant, se fier uniquement à l’IMC est difficile car un homme musclé et un homme avec du « ventre » peuvent avoir le même IMC pour des morphologies opposées.

Les athlètes ayant une masse musculaire très développée et un IMC élevé ne deviennent pas obèses et ne constituent pas une menace pour leur santé.

Quel est le bon indice de masse corporelle pour les femmes ?

L’IMC est calculé selon la même formule pour les hommes que pour les femmes. De même, les calculs de l’IMC ne tiennent pas compte de l’âge.

La formule utilisée pour calculer l’IMC est la même qu’une femme ait 20, 50 ou 70 ans.

Par conséquent, vous devez utiliser un calculateur d’IMC pour déterminer si votre IMC se situe dans la plage normale.

À partir de la ménopause, entre 50 et 60 ans, les femmes ont tendance à prendre du poids. La raison ? La ménopause perturbe le métabolisme : on brûle moins de calories au repos.

Près de la moitié des femmes en France souffrent également d’obésité abdominale. Or, c’est cette graisse viscérale qui entoure les organes (à ne pas confondre avec les bourrelets sous la peau) qui est nocive et augmente le risque cardiovasculaire

Selon l’Inserm, la prévalence de l’obésité est passée de 11,4 % des femmes âgées de 30 à 39 ans à 18,8 % des femmes âgées de 60 à 69 ans.

IMC en France

En France, la prévalence du surpoids est de 41 % chez les hommes et de 25 % chez les femmes, selon les dernières estimations de l’Inserm et de l’Assurance maladie (2016). Quant à l’obésité (définie comme un IMC supérieur à 30 kg/m²), la prévalence de l’obésité chez les hommes et les femmes est d’environ 16 %.

L’obésité est une morbidité chronique évolutive allant de la forme simple à la forme la plus sévère et est un facteur de risque majeur de maladies cardiovasculaires et de diabète de type 2, mais surtout d’obésité abdominale, c’est-à-dire un tour de taille ≥94cm pour les hommes et ≥80cm pour les femmes.

C’est fréquent : 42% pour les hommes et 48,5% pour les femmes.

Globalement, surpoids et obésité sont confondus, et la même étude estime que l’excès de graiss dans le corps touche près de la moitié de la population française : 56,8 % des hommes et 40,9 % des femmes.

Comment savoir si je suis obèse ?

Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), on est dit obèse lorsque l’indice de masse corporelle (IMC) est supérieur ou égal à 30. Mais nous savons maintenant que l’excès de graisse est plus dangereux lorsqu’il est localisé à l’abdomen.

Une distinction doit être faite entre l’obésité et l’obésité « sévère ». Il y a en fait 3 étapes selon l’IMC.

• IMC entre 30 et 34,9 : Classe I (modérément obèse)
• IMC 35-39,9 : Classe II (gravement obèse)
• IMC ≥ 40 kg/m² : classe III (obésité massive ou morbide)

En plus du calcul de l’IMC, le tour de taille doit également être pris en compte. Le tour de taille se mesure en centimètres (cm) avec un mètre ruban.

L’obésité abdominale est définie selon les recommandations de la Haute Autorité de Santé comme un tour de taille supérieur à 94 cm pour les hommes et à 80 cm pour les femmes.

L‘obésité contribue à de nombreuses maladies, notamment le diabète de type 2, l’hypertension artérielle, l’athérosclérose, mais aussi les maladies du foie, les maladies rénales et même de nombreux cancers, notamment le cancer du sein, de l’utérus ou du foie.

etre en surpoids ce mesurer

Êtes-vous en surpoids?

Il est important de noter que le calcul de l’IMC ne tient pas compte de la distribution des fluides. Par exemple, en cas de rétention d’eau (l’infiltration de liquide dans les tissus), on remarquera une prise de poids rapide. Cependant, il ne s’agit pas d’un problème de kilogramme associé à un excès de nourriture, mais plutôt d’un bref changement de poids.

L’IMC ne tient pas non plus compte de la répartition de la masse osseuse, musculaire et grasse dans le corps. C’est pourquoi deux personnes ayant le même IMC peuvent avoir des morphologies complètement différentes.

Pourtant, l’IMC est un indicateur utile et recommandé par les experts. Si votre IMC semble inhabituel et que vous voulez savoir si vous êtes en excès de poids, parlez-en à votre médecin. Il peut vous aider à interpréter votre IMC, effectuer des analyses complémentaires (bilan graisses et sucres) et vous conseiller si nécessaire.

Surpoids : quels sont les risques ?

Une étude menée dans chaque pays européen a montré que le surpoids est malheureusement bénéfique pour le développement de certaines tumeurs.

Les augmentations les plus fortes ont été observées dans les cancers de l’endomètre, du rein et de la vésicule biliaire, mais ces résultats concernent également les cancers de l’œsophage, du côlon, du rectum, du pancréas, du sein postménopausique, du col de l’utérus et de l’ovaire.

Selon le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), 1,4 % des cancers chez les hommes et 3,3 % chez les femmes peuvent être attribués au surpoids.

De plus, une alimentation riche en graisses peut entraîner une élévation chronique de la glycémie et peut également signifier un taux de cholestérol élevé.

A terme, ces facteurs compliquent la circulation sanguine et augmentent significativement les risques d’accidents ou de maladies cardiovasculaires : hypertension artérielle, insuffisance cardiaque, anévrismes, infarctus du myocarde, etc.

De plus, le surpoids a d’autres problèmes ou conditions : diabète, problèmes respiratoires (surtout l’apnée du sommeil), déséquilibres hormonaux, maladies de la peau, arthrose (maladie musculo-squelettique de la colonne vertébrale, des hanches ou des genoux).

Que dois-je faire pour l’éviter ?

Grossir n’est pas une fatalité ! C’est le résultat d’erreurs alimentaires cumulatives, d’un mode de vie sédentaire et de très peu de génétique. Ajoutez à cela le fait que vous mangez lentement plutôt que devant la télé.

Le principe de base de l’équilibre alimentaire est toujours oublié, entraînant des différences entre les apports alimentaires et les dépenses énergétiques, qui sont à l’origine du surpoids.

Il ne faut donc pas manger plus que ce que l’on mange et modifier ses repas pour manger tous types d’aliments dans des proportions raisonnables : fruits, légumes, protéines animales, féculents…

Lutter contre la sédentarité

La lutte avec un mode de vie sédentaire commence dans l’enfance. Un enfant qui arrête systématiquement de s’asseoir dans une poussette une fois qu’il peut marcher, puis se rend à l’école à pied et fait de l’exercice régulièrement a beaucoup moins de chances de prendre du poids.

Pour les adultes, lutter contre la sédentarité est une question de style de vie : marcher au lieu de prendre la voiture le plus souvent possible, se garer loin du bureau, faire du vélo, promener le chien au lieu de regarder la télé, prendre les escaliers au lieu de l’ascenseur ou l’escalator, aller au faire de la gym…

Par exemple, marcher une heure par jour peut réduire considérablement le risque de prise de poids et a un bon effet sur la constipation, l’hypercholestérolémie, l’hypertension artérielle…

Mange doucement

Manger lentement, même une simple collation, est l’un des grands atouts de la prévention du poids.

Avec la satiété installée, on n’a plus envie de manger quoi que ce soit, même les aliments les plus tentants ! Par conséquent, notre alimentation ne dépasse pas nos besoins énergétiques.

Manger sans regarder la télé

De nombreuses études établissent un lien entre la prise de poids chez les enfants et les adultes et l’alimentation en regardant la télévision.

Avec l’attention que les images attirent, nous ne prêtons pas attention à ce que nous mangeons, encore moins à la satiété que nous pouvons ressentir. Du coup, on mange plus !

Comme vous le savez, le surpoids est un risque majeur pour la santé, mais il existe des moyens très simples de l’éviter.

Cependant, chercher à perdre du poids à tout prix n’est pas la solution privilégiée : les extrêmes sont toujours dangereux en matière d’alimentation !

Sachez également que des études récentes ont montré qu’un léger surpoids (IMC entre 25 et 30) réduisait significativement le risque de décès (5% à 6%) !

A lire également : 10 Aliments qui empêchent de maigrir durablement au quotidien !

Différence entre le surpoids et l’obésité

Le surpoids et l’obésité sont définis en termes d’indice de masse corporelle, qui est le rapport entre le poids et la taille au carré (poids/taille²).

Par conséquent, la principale différence entre ces deux termes est le niveau d’IMC.

Idéalement, l’IMC d’une personne devrait se situer entre 18,5 et 24,9. A partir de 30 kg/m², on parle d’obésité qui se caractérise par un surpoids dangereux.

En revanche, on dit surpoids lorsque l’IMC est compris entre 25 et 29,9 kg/m². Le surpoids est l’accumulation excessive de poids corporel.

Ce n’est pas la même chose que l’obésité, mais le poids est considéré comme anormalement élevé.
La différence entre le surpoids et l’obésité ne s’arrête pas là. En fait, les facteurs de risque et les conditions associés à l’obésité sont plus courants.

De plus, le surpoids est réversible et moins dangereux, alors que l’obésité est une maladie chronique complexe, difficile à traiter et parfois irréversible.

Or, l’embonpoint prédispose à développer des maladies métaboliques comme le diabète de type 2 et même des maladies respiratoires.

Mesurer le tour de taille pour avoir un autre indicateur de surpoids ou d’obésité

Le tour de taille fournit une indication simple et précise de l’excès de graisse viscérale qui s’accumule dans l’abdomen. Cependant, c’est cette accumulation de graisse viscérale qui pose problème.

L’évolution du tour de taille permet donc de suivre avec précision l’évolution de la graisse viscérale et d’observer des améliorations chez les personnes bénéficiant de conseils diététiques et/ou sportifs.

En effet, « des améliorations des facteurs de risque cardiométaboliques (peuvent se produire) avec ou sans perte de poids concomitante », par exemple, lors de l’augmentation de la masse musculaire.

Les catégories avec le tour de taille :

• Un tour de taille entre 80 et 90 cm pour les femmes et 90 à 100 cm pour les hommes est un poids normal ;
• Les femmes ayant un tour de taille supérieur à 90 cm et les hommes ayant un tour de taille supérieur à 100 cm sont considérés en surpoids ;
• Enfin, si la taille d’une femme est supérieure à 105 cm et celle d’un homme supérieure à 110 cm, on parle d’obésité.

Conseils pour mesurer son tour de taille

• Appliquer directement sur la peau sans vêtements ;
• Tenez-vous debout, les pieds joints et les bras détendus le long du corps ;
• Placez le ruban à mesurer horizontalement entre le bas de la dernière côte et la partie la plus haute de l’os pelvien.

Mesurez votre rapport taille-hanches (WHR)

Le rapport taille/hanches montre comment la graisse est répartie dans votre corps. Certaines personnes disent que les personnes dont le poids est principalement concentré au niveau de la taille sont en forme de pomme, tandis que celles dont les hanches sont plus larges sont en forme de poire.

Les femmes ayant un rapport taille-hanches inférieur à 0,8 et les hommes ayant un rapport taille-hanches inférieur à 0,9 sont considérés comme n’ayant aucun risque pour la santé.

Pour les deux sexes, un rapport égal ou supérieur à 1 indique que le risque cardiovasculaire est associé a un excès de poids.

Comment mesurer votre rapport taille/hanches ?

1 Prenez un ruban à mesurer.

La seule façon de mesurer votre corps avec précision est d’enrouler un ruban à mesurer autour de votre taille et de vos hanches.

Pour de meilleurs résultats, l’Organisation Mondiale de la Santé recommande l’utilisation d’un ruban à mesurer extensible avec une tension de 100 grammes.

2 Tenez-vous droit.

Levez-vous, détendez votre corps et rapprochez vos pieds. Pour ne pas fausser les mesures, éviter de vous penchez et gardez toujours les épaules droites.

Ne retenez pas votre souffle et ne rentrez pas votre ventre, cela pourrait fausser les résultats.

Il est préférable de se déshabiller complètement ou de ne porter que des vêtements très légers. La mesure doit être aussi proche que possible de la peau.

Les mesures sont prises à la fin de l’expiration. Pour obtenir une mesure précise, mesurez votre tour de taille et de hanche entre le moment où vous finissez d’expirer et recommencez à inspirer.

Enroulez le ruban à mesurer autour de votre taille.

Placez le mètre ruban sur la partie la plus fine de votre taille. C’est généralement la zone au-dessus du nombril, au-dessus de l’articulation de la hanche. Le ruban à mesurer doit reposer à plat sur la peau.

Assurez-vous qu’il n’est pas tordu ou tordu. Ne serrez pas, mesurez juste près de la peau.

• Notez la mesure obtenue et étiquetez-la « Taille ». Par exemple, supposons que la mesure est de 65 cm.
• Peu importe l’unité de mesure utilisée, tant que les deux sont identiques.

Enroulez le ruban à mesurer autour de vos hanches.

Mesurez autour de la hanche à son point le plus large, généralement juste en dessous de l’articulation de la hanche.

Mesurez sans serrer, posez à plat et assurez-vous que le ruban à mesurer n’est pas tordu.

Assurez-vous d’utiliser la même unité de mesure pour vos mesures de hanche et de taille.

Mesurez à nouveau.

Mesurez à nouveau votre taille et vos hanches pour corriger toute anomalie liée à la respiration.

Il s’agit d’une procédure standard, mais vous pouvez ignorer cette étape si vous souhaitez simplement avoir un aperçu.

Les médecins doublent les mesures pour s’assurer qu’ils obtiennent les résultats les plus précis.

Divisez votre tour de taille par votre tour de hanches.

Tout ce dont vous avez besoin est une calculatrice et de divisez votre tour de taille par votre tour de hanches.

Exemple :

• Disons que votre taille est de 65 cm et vos hanches sont de 80 cm.

• 65CM / 80CM

• RTH = 0,8125

etre en surpoids ce mesurer

Comment faire face au surpoids ?

Il faut faire attention de :

• Limiter l’apport énergétique provenant de la consommation totale de graisses et de sucres ;
• Mangez plus de fruits et de légumes, de légumineuses, de grains entiers et de noix;
• Pratiquez une activité physique régulière (60 minutes par jour pour les enfants et 150 minutes par semaine pour les adultes).

La gestion du surpoids nécessite souvent une aide extérieure.

La première étape est généralement une consultation avec un diététicien ou une diététicienne, qui ajustera le régime alimentaire de la personne en surpoids en fonction de ses habitudes alimentaires, professionnelles, sociales et familiales.

Des modifications alimentaires peuvent alors réduire le poids chez les personnes obèses ou en surpoids, et la stabilisation peut être l’objectif de départ lorsque le patient est en état d’échec depuis un certain temps.

Lorsque cette approche échoue, les patients reçoivent des soins multidisciplinaires dans une polyclinique.

Cela permet d’étudier spécifiquement les différentes causes du surpoids (causes endocriniennes, sédentarité, alimentation inadaptée, troubles du comportement alimentaire, etc.) et différentes approches de leur prise en charge.

Maigrir avec un ballon intra-gastrique

Un ballon intra-gastrique est un ballon en silicone qui remplit votre ventre d’eau ou d’air pour vous procurer une sensation rapide de satiété. Cela peut vous aider à manger moins. Il reste généralement dans votre estomac pendant 3 à 6 mois.

Il faut un IMC supérieur à 27 pour bénéficier de cette technologie. C’est une excellente solution si vous avez 10 à 20 kg à perdre et que vous faites partie de ces personnes qui n’ont pas réussi à perdre du poids grâce aux méthodes traditionnelles comme les régimes amaigrissants (effet « yo-yo » ou prise de poids rapide)

Les ballons (parfois on en met plusieurs) remplissent partiellement votre estomac et vous donnent l’impression d’être « plein ». De plus, il ralentit la vidange de l’estomac, créant une sensation de satiété.

Vous aurez moins faim entre les repas et vous vous sentirez rassasié plus rapidement pendant les repas. Cela vous aidera à changer vos habitudes alimentaires.
Aussi, comme pour les soins multidisciplinaires, une activité physique régulière augmentera son efficacité.

Quelles sont les techniques chirurgicales de gestion de la graisse abdominale ?

La chirurgie bariatrique consiste à réduire la taille de l’estomac et éventuellement à raccourcir la longueur de l’intestin. Il existe deux méthodes principales :

Les techniques purement contraignantes visent à limiter l’absorption des aliments en réduisant le volume de l’estomac : la sleeve gastrectomie est devenue une intervention courante, tandis que les anneaux gastriques sont de moins en moins utilisés. Avec ces techniques, les sécrétions intestinales peuvent être maintenues.

Les techniques mixtes qui réduisent la taille de l’estomac (techniques restrictives) et réduisent l’assimilation de ces aliments par l’organisme (techniques malabsorptives). Ils sont principalement représentés par le bypass gastrique.

Sleeve Gastrectomie:

C’est la chirurgie la plus courante de nos jours. Il offre de meilleurs résultats en termes de perte de poids et d’effets secondaires qu’un anneau gastrique, et est moins invasif qu’un pontage car il préserve un tiers de l’estomac.

Il s’agit d’enlever les deux tiers de l’estomac, en particulier la partie qui produit le plus de cellules de ghréline (une hormone stimulant l’appétit). Par conséquent, ce type d’intervention réduit l’appétit.

De plus, comme l’estomac ne ressemble plus à un petit tube (15 à 20 ml de volume), la quantité de nourriture ingérée est limitée et une sensation de satiété peut rapidement se développer.

Les aliments se déplacent plus rapidement dans l’intestin grêle sans causer de problèmes digestifs. Le risque de carences nutritionnelles est donc limité mais existe tout de même, ce qui nécessite une surveillance.

L’effet secondaire le plus courant après ce type de chirurgie est le reflux gastrique. Il est généralement bien contrôlé par les antiacides.

Pontage gastrique :

Le pontage consiste à réduire le volume de l’estomac à environ 100 à 150 millilitres et à le relier au milieu de l’intestin (jéjunum) pour limiter le transport des aliments à travers l’intestin. Les patients se sentent rassasiés plus rapidement et mangent moins.

De plus, l’absorption des nutriments est réduite car ils traversent moins souvent l’intestin. En termes de quantité de nourriture ingérée, les résultats sont les mêmes que pour les manchons.

Cependant, en contournant la majeure partie du point de départ dans l’estomac et l’intestin grêle, il existe également un risque plus élevé de carences en vitamines et minéraux, notamment en fer, en calcium et en vitamines B9, B12 et D.

Par conséquent, un suivi et une prise régulière de suppléments vitaminiques et minéraux sont obligatoires, indispensables au bon fonctionnement de l’organisme. Un autre effet secondaire potentiel est le syndrome de dumping.

Cela comprend des ballonnements, des crampes et de la diarrhée une demi-heure à une heure après un repas, ou une hypoglycémie qui survient plus loin de la dernière prise alimentaire (2 à 3 heures).

Anneau gastrique :

Un anneau gastrique est une technique contraignante qui consiste à placer une boucle ajustable dans la partie supérieure de l’estomac : en créant une deuxième poche, elle réduit la quantité d’aliments ingérés et ralentit leur passage dans l’estomac. Estomac. La satiété est rapidement atteinte.

La particularité de cette intervention est la possibilité d’ajuster le diamètre de l’anneau pour resserrer ou détendre l’estomac, grâce à une boîte attachée à celui-ci et placée sous la peau, généralement au niveau du flanc gauche.

L’anneau est ajusté par le chirurgien en injectant ou en aspirant des fluides physiologiques de la cassette sous contrôle radiologique, à l’écart du cabinet. Cette intervention est donc réversible, mais elle est de moins en moins utilisée pour des raisons d’efficacité. De plus, il n’est pas sans effets secondaires tels que défauts, migration des sangles ou impaction alimentaire dans des sangles trop serrées.

Ces informations sont fournies à titre indicatif uniquement et ne doivent pas être utilisées pour aider à diagnostiquer des cas spécifiques ou à recommander un traitement. Il est important de consulter votre médecin au sujet de votre situation particulière

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*
code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Télécharge Gratuitement
Notre E-Book

Les 7 choses à Changer dans Votre Cuisine pour Perdre du Poids Sans eFFORTS!

couple cuisine livre

 

  • Comment perdre PLUSIEURS Kilos sans efforts en changeant juste quelques habitudes ! 
  • Comment retrouver la forme sans sport et sans sortir de chez soi !
  • Les METHODES que tu ne trouveras jamais dans un livre de régime ! 
perdre du poids avec l alimentation

Télécharge Ton Ebook Gratuit

"Les 7 choses à changer dans sa cuisine pour maigrir sans effort"